Articles récents
  • Buy Back et Burn
    Qu’est-ce que le buy-back et le burn?

    Le buy-back et burn consiste au rachat des tokens par le projet pour les retirer définitivement de la circulation....

  • Qu’est-ce que Starknet, et pourquoi parle-t-on autant ?

    StarkNet, un projet phare au sein de l'écosystème Ethereum, est sous les feux des projecteurs depuis l’annonce de leur...

  • Quels sont les pays avec le plus de personnes possédant des crypto-monnaies ?

    Dans le paysage financier mondial en constante évolution, les crypto-monnaies ont pris une place prépondérante. Une...

  • Qu’est-ce que le Proto-Danksharding, la mise à jour tant attendue d’Ethereum ?

    Le Proto-Danksharding, aussi connu sous le nom d'EIP-4844, introduit une méthode pour améliorer l'évolutivité et réduire...

Le géant américain FTX se fait avaler par son concurrent chinois Binance

Coup de tonnerre dans l’écosystème crypto : Binance annonce l’acquisition de son concurrent FTX suite aux pénuries de liquidités de ce dernier.

L’annonce a fait trembler le petit monde de la crypto. A travers une série de tweets, le CEO de Binance, le célèbre Changpeng Zhao (CZ), a annoncé que la plateforme FTX a demandé l’aide de Binance pour faire face à “une pénurie de liquidité”. Suite à quoi Sam Bankman-Fried, CEO de FTX, a tweeté que Binance et FTX « sont arrivés à un accord sur une transaction stratégique » afin que les « clients soient protégés ». 

 

Une bataille sur Twitter depuis plusieurs jours

Tout a commencé avec la publication d’un article par le célèbre média américain CoinDesk qui annonçait que le bilan financier d’Alameda Research n’était pas sain. En effet, la plateforme se serait aventurée à des montages financiers très risqués. 

En effet, SBF est le CEO de FTX mais également du fonds d’investissement Alameda Research. Le problème ici est que CoinDesk nous apprends qu’Alameda aurait un portefeuille principalement constitué de FTT (le token de FTX) soit 3.66 milliards de $ en jeton et 2.16 milliards en garantie FTT (autrement dit ils ont déposé cette somme de FTT pour emprunter autant dans un autre token), ainsi que des tokens de projets qu’ils ont soutenus (et assez volatile). Pire encore, FTX est suspecté d’avoir imprimé ces tokens uniquement pour Alameda, autrement que ce dernier ne les a pas acheté et imprime des tokens dès qu’il souhaite effectuer un nouvel investissement. Le marché s’attendait alors au pire suite aux récents crash de Celsius et de Terra Luna et a massivement vendu ses tokens FTT ce qui a causé une chute vertigineuse du cours du FTT. 

 

Un conflit qui dure depuis trois ans 

En 2019, SBF a fondé FTX et immédiatement CZ a annoncé soutenir l’initiative en investissant massivement. L’idée est simple : garder à l’œil son nouveau concurrent américain et créer des synergies à travers divers services sur leurs plateformes. 

En 2021, FTX (numéro 2) poursuit sa croissance rapide et devient un véritable danger pour Binance (numéro 1). A noter que SBF voit grand et dépense massivement en lobbying (il est le deuxième plus gros donateur de la campagne du Président Biden) et se constitue un véritable bras armé politique et réglementaire pour détrôner Binance. 

En 2022, suite aux divulgations de CoinDesk, CZ annonce revendre ses parts chez FTX et également la revente des jetons FTT détenu par Binance et justifie ce mouvement par “Liquider nos FTT n’est qu’une gestion de risque post-exit, une leçon de LUNA”. 

 

CZ a précipité la chute de SBF

Les publications de CoinDesk ont fait chuter le cours du FTT, les déclarations de CZ ont précipité cette chute mais ont également conduit les utilisateurs de la plateforme FTX à retirer leurs fonds de cette dernière. Ainsi, FTX et Alameda se sont retrouvés dans une situation sans issue : la chute de la valeur des FTT ne permet plus de garantir les prêts d’Alameda et la fuite des capitaux a vidé les caisses de FTX causant une pénurie de liquidité. L’occasion unique pour CZ de consolider sa domination sur le secteur et de répondre à l’appel à l’aide de SBF afin de potentiellement sauver la plateforme en apportant les liquidités nécessaires. 

En effet, dans sa série de tweet, CZ a annoncé avoir signé “une lettre d’intention non contraignante, dans l’intention d’acquérir entièrement FTX” avant de préciser qu’ils réalisent actuellement une Due Diligence complète (analyse des comptes et activités de l’entreprise). Cela n’aura pas calmé le rallye baissier du marché car le fait que la LOI soit non contraignante indique que Binance n’est pas obligé d’acheter FTX. 

 

Un véritable risque systémique

Bien qu’on ne détienne pas toutes les informations, plusieurs risques sont à craindre. Tout d’abord, si Binance ne rachète pas FTX afin de couvrir les pertes, des centaines de milliers d’investisseurs (de différentes tailles) ne pourraient plus récupérer leurs fonds. Ensuite, Alameda a donc massivement financé et prêté des fonds à divers projets grâce à son token FTT mais si ce dernier ne vaut plus rien ces projets n’auront soudainement plus de fonds. Idem pour les prêts octroyés à la firme avec un collatéral en FTT, les créanciers ne retrouveront plus leurs fonds. Certains fonds VC sont également dans la tourmente. Pour rappel SBF a réalisé plusieurs levées de fonds : Sequoia a investi 420M$ (sur une valorisation de 25B$) en octobre 2021 et Paradigm a investi 400M$ (sur une valorisation de 32B$) en janvier 2022. Ces fonds avaient déjà essuyé de lourdes pertes avec les crash de Celsius et Terra Luna, peut-être le coup de grâce avec FTX ? 

De plus, dans un marché de plus en plus concentré et interdépendant, le risque de chute en chaîne est très élevé. Il est important de garder un œil sur les projets dont les tokens sont détenus en grande partie par FTX et Alameda car le cours de ces derniers devrait également s’effondrer et causer leurs faillites. 

 

Un cadre réglementaire est de plus en plus nécessaire

Afin de prévenir de ces dérives (montage financier douteux et manipulation de marché), un cadre réglementaire est de plus en plus nécessaire. Alors que les régulateurs mondiaux s’activent à proposer des règles précises et uniformes, cet énième coup d’éclat ne jouera pas en la faveur de l’écosystème et pourrait conduire à des règles trop strictes quitte à contraindre la croissance de cet écosystème naissant. 

 

Quoi qu’il en soit, de nombreux points d’ombre persistent sur cette affaire et bien que CZ ait fait gagner du temps au marché, la probabilité d’une véritable hécatombe est à prendre en considération. 

Prev
Google accélère dans le WEB 3.0

Google accélère dans le WEB 3.0

Le géant du WEB2 Google accélère dans le WEB3 en proposant d'héberger les noeuds de la blockchain Solana sur Google...

Next
Qu’est-ce qu’une Application Décentralisée (dApp) ?
application decentralisee

Qu’est-ce qu’une Application Décentralisée (dApp) ?

Les cas d'usages de la blockchain explosent depuis le développement des applications décentralisées mais de quoi...

Alexandre Duran

COO & Co-fondateur de Start-in-Blockchain.fr, le média de la vulgarisation de la blockchain et ses cas d'usages. Passionné de FinTech, Blockchain et entrepreneuriat.

Vous Pourriez aussi aimer !
Article recommandé
Le géant du WEB2 Google accélère dans le WEB3 en…
fr_FRFrench