Articles récents
  • L’ESSCA lance ESSCABOT, un chatbot basé sur l’IA générative pour assister les étudiants

    Dans un environnement d’apprentissage en constante évolution et quelques mois après l’émergence de l’IA générative...

  • Enquête : Quel est le futur des métiers de la data et de l’IA vu par les grands groupes français ?

    L’étude menée par Verian (anciennement Kantar) en partenariat avec l’Essec Business School, la French Tech Corporate...

  • Le joueur de rugby Antoine Dupont devient ambassadeur de Bitpanda !

    Bitpanda, plateforme européenne et leader de trading en ligne, dévoile le nom de son nouvel ambassadeur, Antoine Dupont,...

  • Le campus IPSSI à Nice annonce la nomination de Tiya ATWI en tant que directrice

    L’IPSSI, école pionnière en informatique et cybersécurité, annonce la nomination de Tiya ATWI en tant que...

Interview de Vincent Katchavenda, COO chez Erable

Dans cet article, tu trouveras le témoignage de Vincent Katchavenda COO chez Erable (ex Kardashiff). 

 

Pouvez-vous vous présenter ?

Bonjour, je suis dans la sphère crypto-blockchain depuis 2016-2017. Nous sommes sur le conseil aux start-ups et aux grands groupes pour leur montrer comment utiliser la technologie pour répondre à leurs enjeux métier. Depuis un an et demi maintenant, nous avons décidé de lancer une activité qui se situe à la croisée de la blockchain, du climat et de la société, en nous demandant comment aider les entreprises et les citoyens à participer aux transitions de ce monde. Cela a donné naissance à Erable.

 

Quelle est la proposition de valeur d’erable ?

Ce que nous permettons, c’est d’offrir aux entreprises de l’économie circulaire une manière non dilutive de financer leur croissance, c’est-à-dire qu’elles n’ont pas besoin d’ouvrir directement leur capital. Elles peuvent venir financer leur activité via une communauté de consommateurs, qui sont rémunérés chaque fois qu’il y a un chiffre d’affaires généré. De plus, et c’est le plus important, nous restons dans l’économie circulaire et l’impact environnemental. L’idée est de déterminer comment nous pouvons calculer l’impact positif généré ou évité et si nous pouvons le valoriser. Par exemple, si nous sommes dans le domaine du réutilisable, nous pourrons éviter des tonnes de plastique ou de CO2. Cela a beaucoup de valeur, du moins cela devrait en avoir. 

 

Que pensez-vous des NFT ?

C’est une très bonne question. Je pense que la technologie est extrêmement intéressante parce qu’elle permet de rendre un objet numérique non fongible, donc tout le monde peut avoir des objets numériques. C’est comme des clés d’entrée, on peut y mettre ce qu’on veut, on peut mettre de l’art, un objet pour du gaming. Mais on peut y mettre aussi un certificat de propriété, une preuve d’impact des tonnes de CO2 évitées, un droit à avoir des rendements financiers, par exemple. Donc, ce que je pense des NFT, c’est que c’est certainement une technologie qui va complètement changer nos économies et nos manières d’interagir les uns avec les autres. Après, aujourd’hui, nous sommes encore au stade très précoce et je pense que l’innovation est là. Mais nous avons besoin d’aller un peu plus loin.

 

Lire plus : Interview de Mélissa Desde, Product Owner chez SmartChain

 

Comment sélectionnezvous les projets que vous accompagnez ?

Aujourd’hui, nous travaillons principalement sur des projets qui ont vocation à être rentables économiquement, même si nous commençons à collaborer également avec des ONG. Notre objectif est de soutenir des projets avancés, qu’ils s’agissent de start-ups ou de PME ayant déjà un modèle éprouvé, une capacité à générer des flux et à être rentables. En tant qu’investisseurs, nous préférons éviter les projets trop incertains en début d’activité, surtout si les citoyens sont impliqués. Nous sélectionnons des projets qui ont un impact positif sur notre planète en utilisant des grilles de sélection et des crédits scoring, et nous discutons avec les porteurs de projets pour en savoir plus sur leur activité. Lorsque nous avons déterminé qu’un projet répond à nos critères, nous le présentons à notre communauté d’investisseurs qui a le dernier mot quant à sa pertinence. Notre objectif est de créer une communauté d’investisseurs engagés qui souhaite contribuer à la transformation de notre économie en une économie plus juste, durable et pérenne dans le temps. Nous faisons face à des problèmes aujourd’hui qui, si nous n’agissons pas dès maintenant, impacteront notre vie et celle de nos enfants dans les 50 prochaines années.

 

Pourquoi avoir fait le choix de renommer Kardashiff en Erable ?

On s’appelait Kardachiff pour notre lancement, parce qu’on avait décidé de se lancer sur Kardano et initialement, on avait décidé d’être très focalisé sur une niche qui est plutôt le Web3 et donc sur des personnes qui sont déjà familiarisées avec cet écosystème. Aujourd’hui, la volonté de renommer Erable, c’est plutôt pour élargir notre portée. Il y a deux points importants : explorer d’autres écosystèmes, car il n’y a pas de sens de rester uniquement sur une seule technologie. Le deuxième point, c’est d’avoir une audience beaucoup plus large et grand public pour attirer ce qu’on appelle aujourd’hui le Web2, afin qu’on puisse parler à nos clients de nos clients. Ainsi, les gens comprendront mieux qui nous sommes sans être confrontés à la complexité du monde de la blockchain et du Web3, qui restent encore des domaines assez à part.

 

Qu’est-ce qui est prévu dans la roadmap en 2023 ?

En 2022, nous avons eu notre SEO et nous avons beaucoup appris en explorant différentes institutions, grandes et petites entreprises pour trouver les cas d’utilisation les plus pertinents de la technologie que nous pouvions productiser. L’idée n’est pas de réinventer la roue, mais plutôt de déployer facilement un produit avec de nouveaux clients. Aujourd’hui, nous nous concentrons beaucoup sur l’économie circulaire car nous pensons qu’il y a quelque chose à exploiter dans ces écosystèmes. Cette année, notre plus gros focus est d’avoir deux premiers clients et de signer plusieurs autres clients, y compris de grands groupes potentiels. L’objectif est de fournir un produit clé en main pour ces acteurs afin qu’ils puissent lancer des levées de fonds, créer des trésoreries et gérer ces systèmes de financement presque tout seuls. Nous cherchons également à accumuler un maximum de clients pour avoir des preuves concrètes de l’impact business et pour montrer qu’une entreprise dans le Web3 peut être rentable.

 

Recrutez – vous ?

Alors oui, évidemment, nous sommes toujours à la recherche de personnes pour nous rejoindre, principalement sur des postes liés au produit. Nous recherchons également des profils en marketing et communication, bien que ce soit moins le cas aujourd’hui. À l’avenir, nous aurons besoin de plus de profils impact et de consultants, car nous travaillerons sur des missions avec des grands groupes, ce qui nécessite une plus grande capacité de comprendre leur business et de proposer des missions de conseil plus traditionnelles. Donc oui, nous recherchons principalement des personnes pour des postes liés au produit au cours des six prochains mois, et dans les mois qui suivent, nous serons davantage axés sur de la tech avec du développement on va réinternaliser beaucoup de choses. Cependant, cela dépendra beaucoup d’une nouvelle levée de fonds qui nous permettra de mieux calibrer notre effectif.

Prev
Metamask : « The Historic Wallet »

Metamask : « The Historic Wallet »

Les origines de Metamask  Le wallet Metamask a été créé par une entreprise appelée ConsenSys, qui a été fondée par...

Next
Interview de Thomas et Alexandra Langlet, cofondateurs de UNIT3D
INTERVIEW UNIT3D NFT

Interview de Thomas et Alexandra Langlet, cofondateurs de UNIT3D

Découvrez UNIT3D, un concept imaginé par Thomas et Alexandra LANGLET. Ils ont créé la première bibliothèque digitale de...

Dorian Zerroudi

Vous Pourriez aussi aimer !
Article recommandé
Les origines de Metamask  Le wallet Metamask a été créé…
fr_FRFrench