Articles récents
  • Vivatech 2024 : Le rendez-vous incontournable de l’innovation et de la blockchain

    VivaTech 2024, l’un des plus grands salons de la technologie et de l’innovation en Europe, bat actuellement son plein à...

  • Le Digital Services Act (DSA) : les enjeux de son application dans ce contexte électoral

    Le règlement relatif à un marché unique des Services Numériques, plus communément appelé DSA pour Digital Services Act,...

  • Bitcoin : vers la fin de l’État-nation

    La monnaie représente un enjeu central pour les grands États de notre société contemporaine puisqu’elle permet de...

  • La Blockchain Business School et PyratzLabs lancent un programme de financement boursier

    L’industrie du Web3 est en pleine expansion et la demande de talents qualifiés dans le domaine de la blockchain ne...

Les sidechains : une alternative au problème de scalabilité des blockchains

Les sidechains sont des blockchains indépendantes qui fonctionnent en parallèle d’une blockchain principale.
Intermédiaire

La blockchain est une technologie qui repense la manière dont nous stockons et échangeons des informations numériques. Elle offre plus de transparence, d’impartialité et de sécurité. Pour autant, à l’heure où ces lignes sont écrites, elle peine encore à se démocratiser auprès du grand public. Il existe plusieurs raisons à cela, mais l’une des principales problématiques réside dans son passage à l’échelle, ou scalabilité.

 

En effet, son déploiement est aujourd’hui freiné par des problèmes de congestion du réseau qui, en plus de ralentir l’ensemble des transactions, entrainent des frais importants. C’est en particulier le cas d’Ethereum et Bitcoin, les deux blockchains les plus utilisées aujourd’hui. Un grand nombre de projets annexes s’efforcent de trouver une solution à ce problème sans devoir renoncer à la sécurité et la décentralisation du réseau : c’est ce qu’on appelle le trilemme de la blockchain.

 

Lire plus : Le trilemme de la blockchain : un casse-tête insoluble

 

Il existe à l’heure actuelle deux grands moyens de désengorger un réseau blockchain :

  • Les layers-2: réseau de seconde couche qui dépend de la chaine principale
  • Les sidechains, ou chaines latérales : réseau indépendant qui fonctionne avec ses propres règles, mais capable de communiquer avec la chaine principale

Cet article se concentre avant tout sur les sidechains. Pour en savoir plus sur les layers-2, retrouvez l’article : Les layers 2 : une solution au problème de scalabilité des blockchains.

 

Qu’est-ce qu’une sidechain ?

Une sidechain est une blockchain indépendante rattachée à une blockchain principale, ou mainchain, via un bridge. Ce bridge permet d’effectuer des transferts d’actifs numériques entre la sidechain et la mainchain, et ce dans les deux sens.

 

Lire plus : Les bridges : définition, fonctionnement, risques

 

Dans la plupart des cas, une première transaction est créée sur la blockchain principale, qui verrouille l’actif, puis une autre transaction est créée sur la chaine latérale, comprenant toutes les preuves cryptographiques que le verrouillage s’est correctement passée sur la chaine principale.

Le terme de sidechain est employé pour la première fois dans l’ouvrage « Enabling Blockchain Innovations with Pegged Sidechains », écrit par Adam Back.

Contrairement aux layers-2, les sidechains fonctionnent de façon autonome : elles ont leur propre token, leur propre consensus, protocole et système de sécurité. Elles peuvent être publiques ou privées.

Plusieurs sidechains peuvent généralement être connectées une même mainchain (cela dépend de sa technologie), et communiquer entre elles, en utilisant la mainchain comme relais.

 

Lire plus : Qu’est-ce qu’un consensus ?

 

Pourquoi utiliser une sidechain ?

L’intérêt de recourir à une blockchain parallèle est de pouvoir externaliser les calculs nécessaires à la validation des transferts de tokens ou de cryptomonnaies, et donc d’alléger la blockchain principale.

Une sidechain peut être très utile également pour faire tourner une application décentralisée (dApp pour Decentralized Application). Au lieu d’utiliser les ressources de la mainchain, les traitements informatiques nécessaires pour faire fonctionner les applications peuvent être externalisés sur une sidechain.

 

Lire plus : Qu’est-ce qu’une Application Décentralisée (dApp) ?

 

Avantages et inconvénients d’une sidechain

Les principaux avantages d’une sidechain sont les suivants :

  • Amélioration de la scalabilité : la sidechain permet plus de transactions par seconde en externalisant certains calculs
  • Ajout de nouvelles fonctionnalités, par exemple des smarts contracts sur le réseau Bitcoin
  • Indépendance de conception et de fonctionnement : si jamais une faille informatique est découverte sur la sidechain, elle n’affecte pas la blockchain principale. Cette indépendance peut être utile pour réaliser toute sorte de tests (protocoles, améliorations).

En termes d’inconvénients, notons :

  • Ajout d’une complexité supplémentaire, qui peut engendrer un développement couteux
  • Souvent moins sécurisée que la blockchain principale (Ethereum est connu pour être une des blockchains les plus sécurisées de l’écosystème)

 

Quelques exemples de sidechains

Bitcoin possède actuellement deux sidechains actives : Rootstock et Liquid.

Roostock, ou RSK, permet l’utilisation de contrats intelligents sur la blockchain Bitcoin. Cette fonctionnalité n’était pas présente de base sur ce réseau très restrictif car très sécurisé. Mais face à la popularité du réseau Ethereum, connu pour favoriser le déploiement de smart contrats avancés, la communauté Bitcoin a émis le besoin avoir également cette possibilité. Via l’utilisation d’une machine virtuelle, la RVM, il est désormais possible d’exécuter des contrats intelligents et des applications décentralisées grâce à la sidechain Rootstock.

 

Lire plus : Les avantages et limites du Bitcoin

 

Liquid est la deuxième chaine latérale du réseau Bitcoin créée pour faciliter les transferts financiers, en particulier avec les plateformes d’exchange. Elle est surtout utilisée par les traders, qui bénéficient de transactions quasi-instantanées.

Du côté d’Ethereum, beaucoup de projets de sidechains visent à accélérer les transactions et diminuer leur frais. Le projet Lisk, quant à lui, propose aux développeurs Javascript de créer leur propre dApps via l’utilisation de NodeJS (le projet est encore en cours de développement). Polygon, aujourd’hui connu pour ses solutions de layer-2, est à l’origine une sidechain connue sous le nom de MATIC Network.

Lire plus : L’histoire de l’évolution de Polygon

 

Conclusion à retenir sur les sidechains

Les sidechains sont une solution pertinente et complémentaire aux layer-2 pour répondre à l’enjeu de scalabilité des blockchains. En ajoutant des fonctionnalités et en permettant une plus grande quantité de transactions, elle permet à différents réseaux blockchain de plus facilement se démocratiser auprès du grand public, et rivaliser avec les systèmes de paiements traditionnels tels que Visa, Mastercard ou Paypal.

Prev
Affaire Mt.Gox: le fantôme de Bitcoin

Affaire Mt.Gox: le fantôme de Bitcoin

Mt. Gox était une plateforme d'échange de bitcoins basée au Japon qui a fait faillite en 2014 après avoir perdu des...

Next
Un nouvel espace “Osez la Cyber!” créé à l’occasion des “5èmes Rencontres de la Cybersécurité” !

Un nouvel espace “Osez la Cyber!” créé à l’occasion des “5èmes Rencontres de la Cybersécurité” !

CSB.SCHOOL, CyberLudik, Elysium Security & la Wild Code School, seront présentes à la prochaine édition des...

Irene Dumenil

Passionnée par les nouvelles technologies, je veux contribuer à mon échelle à la construction d'un monde numérique plus juste et plus sûr. La blockchain fait partie des solutions prometteuses pour répondre à ces enjeux. Mon objectif est de vulgariser au plus grand nombre les rouages de son fonctionnement, afin que chacun comprenne en quoi elle peut les aider au quotidien.

Vous Pourriez aussi aimer !
Article recommandé
Mt. Gox était une plateforme d'échange de bitcoins basée au…
fr_FRFrench