Articles récents
  • L’ESSCA lance ESSCABOT, un chatbot basé sur l’IA générative pour assister les étudiants

    Dans un environnement d’apprentissage en constante évolution et quelques mois après l’émergence de l’IA générative...

  • Enquête : Quel est le futur des métiers de la data et de l’IA vu par les grands groupes français ?

    L’étude menée par Verian (anciennement Kantar) en partenariat avec l’Essec Business School, la French Tech Corporate...

  • Le joueur de rugby Antoine Dupont devient ambassadeur de Bitpanda !

    Bitpanda, plateforme européenne et leader de trading en ligne, dévoile le nom de son nouvel ambassadeur, Antoine Dupont,...

  • Le campus IPSSI à Nice annonce la nomination de Tiya ATWI en tant que directrice

    L’IPSSI, école pionnière en informatique et cybersécurité, annonce la nomination de Tiya ATWI en tant que...

Starknet : Qu’est-ce que c’est et pourquoi parle-t-on autant ?

StarkNet, un projet phare au sein de l’écosystème Ethereum, est sous les feux des projecteurs depuis l’annonce de leur token $STRK. Cet article vise à décrypter StarkNet, son mécanisme, ses développements futurs, et les raisons de son succès.
Avancé
Starknet

Qu’est-ce qu’un ZK-STARK ?

Avant de découvrir ce qu’est StarkNet, nous devons définir ce qu’est un zk-Stark. Le zk-STARK, acronyme de Zero-Knowledge Scalable Transparent Arguments of Knowledge (Arguments transparents évolutifs de la connaissance zéro), est une technologie qui n’a pas besoin d’une entité de confiance pour fonctionner. Les zk-STARKs sont conçus pour être résistants aux attaques potentielles des ordinateurs quantiques. Ils utilisent une technique spéciale qui permet de garder certaines informations secrètes même quand on partage des preuves. Cependant, ils ont un inconvénient : les preuves qu’ils produisent peuvent être très grandes, jusqu’à cent fois plus que celles faites par les zk-SNARKs.

 

Lire plus : Qu’est-ce qu’un Zero-Knowledge Rollup ? 

 

Qu’est-ce que StarkNet ?

StarkNet a été fondé par StarkWare en 2021, dont l’un des fondateurs à co-inventer les protocoles STARK évoqué précédemment. StarkNet utilise le concept de zk-Rollup, ou Validity Rollup. Il a pour mission d’accroître la vitesse et de réduire le coût des transactions. Il traite la majorité de ces dernières en dehors de la chaîne principale, avant de transmettre la preuve au réseau Ethereum. Starknet utilise un langage de programmation unique adapté aux zk-Rollup, le Cairo.

 

Comment marche StarkNet ?

StarkNet est un layer 2 où les transactions effectuées sont agrégées et validées hors chaîne avant d’être compressées en une seule preuve cryptographique. Cette preuve est ensuite soumise à Ethereum, réduisant la congestion et les frais de transaction. Elle permet une vérification rapide et efficace sans révéler les détails des transactions. Elle assure également une sécurité et une confidentialité accrues, grâce à son absence de “trusted setup”.

 

Lire plus : Qu’est-ce qu’un layer 2 ? 

 

La roadmap de StarkNet

La roadmap de StarkNet révèle une ambition claire : renforcer continuellement la plateforme en optimisant la technologie zk-STARK. L’objectif ? Avoir des transactions encore plus rapides et économiques, mais aussi étendre son intégration au sein de l’écosystème crypto. Le but ultime étant de solidifier sa position de leader parmi les solutions de scaling pour Ethereum. Tout en développant un écosystème riche et diversifié de dApps et en améliorant l’expérience utilisateur.

 

Lire plus : Le trilemme de la blockchain 

 

Pourquoi on en parle autant ?

L’attention portée à StarkNet s’explique par plusieurs facteurs. D’abord, avec le tant attendu airdrop par les utilisateurs. Malgré la distribution de 728 millions de token STRK, la communauté est divisée par la tokenomics du projet. En effet, elle avantage considérablement les développeurs au détriment de la communauté, ce qui a déplu à de nombreux utilisateurs.

Ensuite, la technologie zk-STARK, qui place StarkNet sur le devant de l’innovation technique.

 

Lire plus : Qu’est-ce qu’un airdrop ? 

 

Conclusion

StarkNet est en bonne position pour dominer le secteur des ZK-rollups. Son défi majeur réside dans l’attraction et l’engagement de davantage de développeurs autour de son écosystème et du langage Cairo. De plus, de nombreux concurrents sont très actifs pour rendre Ethereum toujours plus scalable. Nous verrons dans les prochains mois si StarkNet a fait le bon choix de récompenser les développeurs au détriment des utilisateurs.

Prev
Quels sont les pays avec le plus de personnes possédant des crypto-monnaies ?

Quels sont les pays avec le plus de personnes possédant des crypto-monnaies ?

Dans le paysage financier mondial en constante évolution, les crypto-monnaies ont pris une place prépondérante. Une...

Next
Qu’est-ce que le buy-back et le burn?
Buy Back et Burn

Qu’est-ce que le buy-back et le burn?

Le buy-back et burn consiste au rachat des tokens par le projet pour les retirer définitivement de la circulation....

Maksym Andrushkiv

En 2015, je découvre qu'un ami utilisait le minage de Bitcoin pour chauffer sa maison. Mais ce n'est qu'en 2022 que j'entre dans l'écosystème, en rejoignant KRYPTOSPHERE, où je suis actuellement responsable du contenu et de la communication. Aujourd'hui, mon objectif est de vous transmettre la passion que j'éprouve pour ce domaine.

Vous Pourriez aussi aimer !
Article recommandé
Dans le paysage financier mondial en constante évolution, les crypto-monnaies…
fr_FRFrench