Articles récents
  • Vivatech 2024 : Le rendez-vous incontournable de l’innovation et de la blockchain

    VivaTech 2024, l’un des plus grands salons de la technologie et de l’innovation en Europe, bat actuellement son plein à...

  • Le Digital Services Act (DSA) : les enjeux de son application dans ce contexte électoral

    Le règlement relatif à un marché unique des Services Numériques, plus communément appelé DSA pour Digital Services Act,...

  • Bitcoin : vers la fin de l’État-nation

    La monnaie représente un enjeu central pour les grands États de notre société contemporaine puisqu’elle permet de...

  • La Blockchain Business School et PyratzLabs lancent un programme de financement boursier

    L’industrie du Web3 est en pleine expansion et la demande de talents qualifiés dans le domaine de la blockchain ne...

Qu’est ce que le Yield farming, quels avantages, inconvénients et comment faire ?

Un utilisateur détenant un coin peut le garder dans son wallet, ou alors l’utiliser pour générer des intérêts supplémentaires : en attendant que la valeur augmente, il fait fructifier son wallet.

Le Yield farming permet de placer ses cryptos pour obtenir des récompenses. Pourquoi participer à cela et comment faire ?

Yield Farming: qu’est ce que c’est ?

Placer sa crypto monnaie pour obtenir une récompense

Un utilisateur détenant un coin peut le garder dans son wallet (il attend que la valeur augmente), ou alors l’utiliser pour générer des intérêts supplémentaires (en attendant que la valeur augmente, il fait fructifier son wallet).

Le Yield Farming, c’est déposer une ou plusieurs crypto pour générer un rendement.

Concrètement l’utilisateur dépose ses cryptos dans un “Pool” de liquidités, une grande réserve de crypto et reçoit en échange une preuve d’apport qui atteste de son action.

L’utilisateur devient alors un Liquidity Provider (LP) et peut être rémunéré à la hauteur de sa participation. Cette rémunération prend la forme de coins similaires à ceux qu’il a placés ou de tokens du pool.

Cette pratique est aussi appelée liquidity mining / liquidity farming car on fait fructifier ses liquidités.

Qui utilise ces liquidités ?

Avoir des réserves de liquidités est central pour le bon fonctionnement du web3, cela permet de passer d’un coin à l’autre facilement, et donc un bon fonctionnement des dApps, qui trouvent facilement des coins à engager dans les protocoles.

Tout utilisateur ou organisation ayant besoin d’un coin en particulier doit s’en procurer. Pour ce faire, il faut faire un swap : échanger une crypto contre une autre. On peut faire un swap sur diverses plateformes, mais il faut être certain que ces plateformes ont la bonne crypto à tout moment, qu’elles ont des réserves de liquidités. 

De la même façon, les emprunteurs cherchant à emprunter de la crypto sur le web 3 doivent trouver les liquidités quelque part. Pour pouvoir emprunter des coins au sein d’un pool, il faut souvent avoir des coins en collatéral, pour éviter que l’emprunteur disparaisse dans la nature.

Faire du Yield Farming, c’est donc faire fructifier son argent, mais aussi et surtout permettre à l’écosystème de bien fonctionner. 

Comment marche le Yield farming ?

Lorsque l’on effectue un swap ou contracte un prêt, des frais sont appliqués pour l’utilisateur. Ces frais permettent de rémunérer ceux qui mettent à disposition les liquidités et la dApp.

Le LP peut récupérer sa mise à tout moment, le placement est donc liquide. Il suffit de ré-échanger le jeton de preuve d’apport.

Qui peut faire du Yield Farming, et comment faire ?

Tout utilisateur avec un wallet (un wallet décentralisé, ou fourni par une application centralisée comme Binance) peut faire du Yield Farming. 

Il est en effet possible de placer ses coins très facilement. Les plateformes centralisées vont cependant avoir des frais de gestion qui sont plus importants et donc un rendement plus bas. Utiliser des protocoles qui sont directement sur la blockchain va permettre d’avoir des rendements plus importants, des frais plus bas, mais est un petit peu plus complexe. Cependant rien de sorcier.

Les applications de swap proposent le plus souvent des pools de liquidité (pour faire fonctionner l’app). Il est alors très facile de trouver le bon swap et de placer ses coins en liquidités.

Il est ensuite possible d’utiliser un optimiseur de rendement, qui va automatiquement revendre les tokens de gouvernance, pour obtenir des coins, et les placer dans le pool. Cela permet de générer encore plus d’intérêts.

 

Lire plus: Qu’est-ce que le Liquid Staking ?

Limites et risques du Yield farming

Attention aux frais liés aux blockchain: ETH a des frais importants en L1 (autour de 5$), alors que d’autres blockchains comme Solana ont des frais beaucoup plus faibles. Cette différence peut devenir significative si l’on fait plusieurs transactions, pour vendre les tokens de gouvernance au fur et à mesure.

Faire du Yield farming comporte évidemment des risques, forts taux de rendement étant liés à risques plus important:

  • Changement dans le mixe de portefeuille. Si l’on fait du Yield farming, on dépose le plus souvent deux crypto différentes en liquidité. Si tout le monde swap de l’une à l’autre, les LP n’ont plus que celle qui est vendue.
  • L’utilisation d’une dApp peut parfois rencontrer un bug ou une erreur, surtout si l’on utilise une très jeune application. Cependant ces jeunes protocoles vont souvent avoir des frais très bas et une forte rémunération en coins de l’appli.
  • Attaques sur les pools de liquidité. Un pool de liquidité est un groupement important de coins en tout genre. C’est donc une cible parfaite pour un hacker à la recherche d’argent. Heureusement, les pools sont très sécurisés et constamment monitorés, mais l’hypothèse d’un hack n’est pas tout à fait impossible.
  • Attention aux arnaques. Comme partout, avant de connecter votre wallet (ou d’entrer un mot de passe), vérifiez le site sur lequel vous êtes, et la fiabilité de l’entreprise, du projet que vous allez utiliser. Ce serait regrettable de voir vos coins disparus car le fond de liquidité était peu fiable.

Lire plus: Rémunérer les testeurs dans le web 3: Airdrop crypto

Conclusion

Le Yield farming permet de générer des intérêts avec ses coins/tokens, au lieu de les laisser “dormir” sur un wallet. De nombreuses stratégies sont disponibles, et engagent différents acteurs.

N’oublions pas cependant que si le web3 promet de beaux rendements, le risque n’est jamais nul. 

Prev
La tokenisation des droits de propriété intellectuelle
Batiment juridique

La tokenisation des droits de propriété intellectuelle

Dans un monde numérique de plus en plus omniprésent, la protection des droits de propriété intellectuelle est devenue un...

Next
“La Nuit de la Blockchain®” revient le 15 mai !

“La Nuit de la Blockchain®” revient le 15 mai !

Start in Blockchain et ICN Business School s’associent de nouveau pour La Nuit de la Blockchain ! Pour cette deuxième...

Colin Faguet

Vous Pourriez aussi aimer !
Article recommandé
Dans un monde numérique de plus en plus omniprésent, la…
fr_FRFrench